Petit retour sur notre présence au conseil communal

Perron liégeois — Godin

Petit retour sur notre présence au conseil communal du lundi 10 novembre 2014.

Nous avons été écouter le Conseil communal du 10/11/2014, attiré par le point 58 (sur 272 en séance publique!) car il mentionnait explicitement le Centre Régional d’Aide aux Communes (Crac) et l’adoption d’un plan de gestion*.

Le point 58 de l’ordre du jour du conseil communal de Liège du 10/11/2014 :
« Décision de solliciter, pour l’année 2014, l’aide exceptionnelle apportées à certaines communes frappées par la crise économique et notamment la crise sidérurgique sous la forme d’un prêt d’aide extraordinaire à long terme – approbation des termes de la convention, de s’engager à adopter un plan de gestion qui sera d’application jusqu’à l’échéance du dernier prêt octroyé, d’informer de cette décision le Centre Régional d’Aide aux Communes, les autorités de tutelle et la banque Belfius S.A. »

Deux élus de 2 partis de l’opposition nous ont affirmé que la Ville de Liège était déjà sous plan de gestion du Crac. Ce qui contredit les propos récoltés auparavant qui nous disaient que le Bourgmestre niait être encore sous plan de gestion.

  • Cette aide exceptionnelle entraine une nouvelle convention Liège-Crac.
    > Avec quelles nouvelles mesures à la clé?
  • Le prêt se fera à un taux de 0%.
    > La banque (laquelle?) accepte-t-elle de prêter sans intérêt ou l’intérêt serait-il à charge de la Région Wallonne? Un audit de la Région serait bienvenu 😉
  • Le prêt cours sur 5 ans, et est immédiat : 2014-2018!
  • Il est à annuité constante : le montant annuel reste toujours le même.
  • Au final, seul 2,85 millions d’euros seraient à charge de la Ville.
    > Selon ce qu’on sait des convention avec le Crac, l’emprunt est signé entre la Ville et la banque qui lui met l’argent à disposition. À chaque échéance (généralement trimestrielles), la Ville paye la banque et est immédiatement remboursée par le Crac.
  • Christine Defraigne, cheffe du groupe MR, à reconnu l’intérêt de ce prêt car il permet d’éviter de « puiser 2,3 millions d’euros dans le fond de réserve« .
    > Ce discours est très répandu, chez les libéraux comme chez de nombreux économistes : il vaut mieux emprunter, même en payant des intérêts, que puiser dans sa trésorerie! Une grosse trésorerie permet en effet d’afficher un bon état de santé et de garder la confiance des créanciers…
  • « Que dirait la Région Wallonne si la Ville de Liège disait qu’elle ne postulait pas pour cette aide? » a demandé le bourgmestre PS, Willy Demeyer.
    > Cette aide est donc une proposition de la RW. Cela doit nous amener à questionner le discours du Crac qui insiste pour dire qu’il n’intervient qu’à la demande des pouvoirs locaux. Ici, la demande fait suite à une proposition. Ainsi, la liberté communale est-elle gentiment guidée vers la signature d’emprunts et la mise sous plan de gestion…

* Pour en savoir plus sur la tutelle et le plan de gestion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *