« Austérité et dette, les femmes s’en mêlent »

Un outil d’un autre genre

Qu’est-ce que cette « crise » dont on parle tant ? Pourquoi nos gouvernements prennent-ils, à cause de cette crise, des « mesures d’austérité » ? Que signifient réellement ces nouvelles règles ? Qui est touché ? Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Et nous, femmes, en tant que citoyennes et résidentes en Belgique, avons-nous une responsabilité dans cette affaire ? Les caisses de l’Etat sont-elles vides ? Est-ce notre faute, ne fut-ce que partiellement ?

La mallette d’animation « Austérité et dette, les femmes s’en mêlent » est donc un outil d’alphabétisation économique que Vie Féminine a construit, avec l’aide du CADTM, pour comprendre et réfléchir de manière critique et collective sur les mesures d’austérité en application, s’approprier des notions d’économie, comprendre pour mieux agir. C’est aussi une opportunité pour s’interroger et discuter sur le « Que faire ? » et comment se mettre en marche, ensemble.

Cette mallette comprend 5 modules (« Austérité », « Austérité et Femmes », « Dette », « Institutions Européennes » et « Alternatives »), chacun composé de plusieurs outils et supports pédagogiques, totalisant un potentiel de 50 heures d’animations…

Pour la fiche de présentation de l’outil, suivre ce lien

Brochure d’ACiDe

(la brochure en néerlandais se trouve en bas de l’article – the brochure in het Nederlands onderaan die artikel)

En 2013, vous avez manifesté votre intérêt pour la campagne « A qui profite la dette ? », dont le dessin animé a été vu plus de 250.000 fois.

Vous avez même signé l’appel pour un audit de la dette publique belge.

Cet appel soutenait les organisateurs de la campagne dans leur volonté de mettre sur pied une «enquête approfondie, transparente et contrôlée démocratiquement, permettant de faire la lumière sur l’endettement de la Belgique et de distinguer la part que la population doit réellement rembourser.»

Depuis, du chemin a été parcouru…

Dans la foulée de notre assemblée fondatrice du 19 février 2013, 9 comités locaux ont vu le jour. Un travail de fourmis s’en est suivi sur le terrain : recherche d’informations, épluchage des données, analyses, documents de sensibilisation, interpellation de certains mandataires et de certaines autorités…

Rien ne coule de source. L’opacité est bien réelle. Mais on persévère et on obtient des réponses.

Nous avons considérablement élargi le nombre de partenaires. Nous étions 3 organisations au début, nous sommes aujourd’hui une trentaine à porter les mêmes revendications.

Une plateforme, appelée ACiDe (audit citoyen de la dette) a été créé et a son propre site internet: www.auditcitoyen.be.

Cette plateforme a rédigé un mémorandum à l’attention des partis politiques, en vue des élections du 25 mai 2014. Ce mémorandum contenant les premiers constats et propositions d’alternatives d’ACiDe, nous avons décidé d’en faire une brochure à diffuser largement : voir la brochure.

Et enfin, nous avons mis au point un guide pratique de l’audit de la dette qui vise à faciliter les démarches de tout citoyen ou collectif qui déciderait de s’attaquer au problème : voir le guide.

Les plans d’austérité, les efforts budgétaires successifs n’en sont qu’à leur début. Pourtant, les pays du Sud et, en Europe, la Grèce, sont des preuves accablantes de leur inefficacité.

Le sujet de la dette publique est brûlant et nous sommes convaincus que la conscientisation citoyenne est le meilleur moyen de faire bouger les lignes politiques.

Forts de votre soutien et de notre dynamique grandissante, nous continuons le travail d’éducation populaire et d’action.

N’hésitez pas à prendre contact avec la plateforme ACiDe : acide@auditcitoyen.be

Les contacts des comités locaux figurent sur le site et dans la brochure.

Auditement votre,
L’ACiDe.

Télécharger la  brochure en français.

Download de brochure in het Nederlands.

Jusque dans les bistrots !

Le groupe « sensibilisation/mobilisation » du groupe d’audit liégeois ne s’est pas arrêté à la réalisation d’autocollants. Il a poussé le vice jusqu’à réaliser des sous-bocks aux messages sans équivoques. Si avec ça il y en a encore pour nous dire qu’il faut rembourser les dettes publiques en fermant les yeux ! Voir aussi sur leur page facebook: https://www.facebook.com/auditcitoyendeladette

chomageCe simple graphique montre ce qui représente réellement un gouffre financier pour la collectivité en Belgique : un cinquième des dépenses de l’État est dédié aux comptes en banques des créanciers de la dette publique. Cela représente plus ou moins 45 milliards d’euros par an (13 milliards d’intérêts et 32 milliards de capital arrivé à échéance ou de rachats anticipés). Les 3 % des dépenses totales allant aux allocations de chômage représentent, elles, 7 milliards d’euros… Malgré tout, une des premières mesures « d’assainissement » des comptes que le gouvernement Belge a mis en place a été d’attaquer les chômeurs (et non le chômage), tout cela pour récupérer la bagatelle de 250 millions d’euros maximum. Pour plus d’information, lire l’article de l’ACiDe Liège « Les chômeurs saignent l’État ou l’État saigne les chômeurs… ? ».
Sources: Banque nationale de Belgique, CADTM, Dites33!, ONSS

sauvetage-GreceDepuis 2009 les peuples européens entendent dire de leurs médias dominants et de leurs classes politiques que nous, les contribuables, payons pour les grecs. Il n’y a rien de plus faux. Non seulement les banques privées internationales et les pays du centre (Allemagne, France, entre autres) ont joué un rôle central dans l’endettement du pays (voir à ce sujet le film Debtocracy), mais en plus l’écrasante majorité de l’argent prêté à la Grèce (contre des cures d’austérité sauvages) va directement dans les coffres de ces mêmes banques. Un rapport d’ATTAC Autriche montre très clairement que sur les soit-disant « Plans de sauvetage de la Grèce : 77 % des fonds sont allés à la finance« .

crise-2007Nous vivons au-dessus de nos moyens va-t-on nous dire pour mieux nous faire accepter de payer la dette publique à grands coups d’austérité. Qu’en est-il? Les dépenses en rapport au PIB sont restées stables depuis les années 1990 (plus ou moins 45% du PIB). La dette, elle, a diminué de 138% en 1993 à 84% au moment de la crise. Depuis celle-ci a atteint près de 100% du PIB (elle a en fait augmenté de plus de 100 milliards d’euros en quelques années!). A qui la faute?…
Sources: Banque nationale de Belgique, Agence de la Dette

Affichage du quizz sur la dette

En s’inspirant du Quizz de la campagne « à qui profite la dette? », l’audit citoyen de Verviers a créé 10 affiches Info/Intox sur la dette Belge.

La campagne de diffusion s’est déclinée en deux axes:
1. L’affichage en entreprises. Campagne de 10 semaines, une affiche par semaine
2. Mailing à destination des associations verviétoises. Campagne de 10 semaines, une affiche par semaine

Projets:
1. Décliner les affiches, ou une partie d’entre elles, en intégrant la dimension de la dette communale (Verviers).
2. Décliner les questions/réponses en jeu « Qui veut perdre des millions ? »

a_qui_profite_la_dette_affiche_1 a_qui_profite_la_dette_affiche_2

a_qui_profite_la_dette_affiche_3 a_qui_profite_la_dette_affiche_4 a_qui_profite_la_dette_affiche_5 a_qui_profite_la_dette_affiche_6 a_qui_profite_la_dette_affiche_7 a_qui_profite_la_dette_affiche_8 a_qui_profite_la_dette_affiche_9 a_qui_profite_la_dette_affiche_10

Politiques fiscales et dettes publiques le 23/04

Les groupes pour l’audit citoyen de la dette de

Marche-en-Famenne et d’Arlon 

vous invitent à une conférence de 

Marco Van Hees

 » Politiques fiscales et dettes publiques  »

Mardi 23 avril à 18h30

FGTB Libramont
rue Fonteny Maroy 13