Présentation du groupe de Verviers

Dans le cadre de la campagne « Et si on arrêtait de payer », le CEPAG organise, fin novembre 2012 une conférence débat à l’issue de laquelle il propose de poursuivre la réflexion en créant à Verviers un audit citoyen de la dette.
En février 2013, l’audit se réunit pour la première fois et réunit des citoyens et des militants de la FGTB Verviers tant de l’interpro que des centrales professionnelles.

A l’issue de cette première réunion, deux axes de travail sont déterminés:
1. Analyser la dette de la ville de Verviers,
2. Mener des actions de sensibilisation.

L’audit verviétois se réunit environ toutes les six semaines autour de deux points que l’on retrouve systématiquement à l’ordre du jour : le suivi des travaux et les pistes de travail.

Les expériences principales
Analyse de la dette
Objectif
connaître la dette de la ville de Verviers pour interpeller les responsables politiques en leur montrant qu’une autre politique est possible

Démarche
1. Rassembler les documents
2. S’approprier ou comment fonctionne la « comptabilité » des villes et communes
3. Analyse du tableau des emprunts

  • a. Intitulé
  • b. Taux d’intérêt
  • c. Durée
  • d. Prolongation

4. Rechercher le tableau d’amortissement des emprunts pour vérifier l’hypothèse qu’il doit y avoir des emprunts dont le capital a déjà été remboursé peut-être plusieurs fois et poser la question de la légitimité de la dette.

Sensibilisation
Les participants au GT sensibilisation ont rassemblé différents outils de sensibilisation et ont cherché à se les approprier.
Une matinée de sensibilisation à la question de la dette publique a été programmée dans le cadre de certains modules de formation.
L’audit a tenu un stand dans le cadre du 1er mai et a réalisé dix affiches au départ de l’outil de sensibilisation du CADTM Info/Intox.
A l’heure actuelle, deux centrales professionnelles mènent une campagne de sensibilisation en diffusant ces affiches.
Un mailing hebdomadaire diffuse ces affiches auprès des associations verviétoises.
Les constats
Pour rassembler les documents, plusieurs pistes sont activées :
1. le réseau syndical, par exemple : la CGSP admi disposait de certains documents et en avait déjà une analyse partielle
2. les démarches citoyennes auprès de la ville de Verviers pour obtenir les budgets.
Surprise, certains documents sont payants et des bulletins de versement ne tardent pas à arriver. Se pose alors la question du fonctionnement du contrôle démocratique.
3. Les réseaux personnels
La question de la tutelle et de l’action du CRAC est revenue quasi systématiquement à chaque réunion. Pour avons donc invité le CRAC en novembre 2013 à présenter son action.
Il ne semble pas y avoir de gestion active de la dette à Verviers (des emprunts entre 5 et 7% sont toujours en cours)
La question des moyens humains et financiers pour développer des outils, des campagnes de sensibilisation est sans réponse actuellement.
Produits structurés ? Présents ou pas ?

Verviers a participé au refinancement de Dexia. Quelles conséquences ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *