Élections communales 2018: « Et la dette, on en fait quoi? » – Mémorandum d’ACiDe

Lors des élections fédérales de 2014, ACiDe sortait son premier memorandum, montrant en particulier que : la dette sert de prétexte pour appliquer des politiques antisociales ; les politiques d’austérité sont injustes et inefficaces ; ce sont les banques et non les citoyen·ne·s qui ont vécu au-dessus de leurs moyens ; il existe des solutions pour diminuer radicalement le poids de la dette.

Quatre ans plus tard, force est de constater qu’ACiDe ne s’était pas trompé. Les politiques d’austérité ont fait des dégâts et de plus en plus de communes vont être étranglées financièrement dans un futur proche ou moyen. La dette de l’ensemble des communes ne représente que 5 % de la dette publique belge totale, mais elle s’y fait ressentir plus fortement. De nombreux services à la population sont empêchés par le poids de celle-ci dans les budgets communaux. Ne parlons même pas des investissements empêchés.

Malgré cette situation, la plupart des élu·e·s continuent de laisser la question de la dette de côté comme s’il s’agissait de quelque-chose d’immuable. Ce nouveau memorandum, qui livre de nouveaux constats et de nouvelles propositions à l’échelon communal, s’adresse aux partis politiques démocratiques qui comptent se positionner et prendre leurs responsabilités sur le sujet.

Cliquez ici pour accéder au contenu du mémorandum élections communales 2018 !

CONTENU

1. Rendre l’information plus accessible

2. Questionner l’origine de la dette

3. Diminuer le poids de la dette dans le budget

4. Financer nos communes autrement

5. Mettre les finances communales sous contrôle citoyen

 

La dette qui étouffe la société est-elle notre dette ? Ils nous mènent en bateau (4)

Élections communales 2018 – « Ils nous mènent en bateau » (4)

La dette qui étouffe la société est-elle notre dette ?

Au Conseil communal du 14 septembre 2015, l’échevin du Budget insistait ouvertement sur la voie de l’austérité (voir aussi notre fiche « Ils nous mènent en bateau (1) » ) : « Nous devons faire des économies structurelles pour 2 millions d’euros. Cela doit se faire au niveau du personnel et des transferts car la dette est incompressible. C’est une question de bon sens et de décence ».

« Une question de bon sens et de décence »

À entendre le discours de l’échevin des Finances de l’époque, l’argent aurait plus d’importance que ses concitoyens. Cette absurdité conduit non seulement à un déni de la démocratie mais aussi à vider le concept de “pouvoir” politique pour se soumettre au pouvoir de l’argent et des créanciers.
Qui défendra cette logique que “la règle, cela se respecte…”, même au prix d’une perte démocratique ?
L’abandon de responsabilité du politique montre toute l’importance d’une vigilance citoyenne sur les mécanismes de financement des pouvoirs publics.

Une exigence de transparence : ACiDe demande à voir les contrats de la Ville

Le 21 octobre 2015, lors de sa conférence de presse, ACiDe Verviers annonce demander les contrats d’emprunts de la Ville.
Le lendemain, notre intervention est relayée au journal de Télévesdre.
Nous nous sommes penchés sur l’évolution dans le temps d’une trentaine d’emprunts pour esquisser des premiers constats et formuler quelques hypothèses. Nous avons constaté un grand manque de lisibilité sur la présentation de la dette globale.

Au moment où le Collège était confronté à des difficultés financières et que les coupes budgétaires étaient à l’ordre du jour, la gestion de la dette devenait une question politique prioritaire. Était-ce au personnel, à la population précarisés, aux services de secours et aux associations d’assumer les déséquilibres créés ?

ACiDe propose alors de revenir à un financement via des organismes publics. La BCE (Banque Centrale Européenne) pourrait financer directement les états à des taux beaucoup plus intéressants. Une banque publique, coopérative ou socialisée, financerait mieux les pouvoirs locaux. Voir à ce propos l’initiative « Belfius est à nous ».

Nous ne payerons pas leur dette  !
Elle a pour conséquence de paupériser les plus précaires.

Chaque semaine (et parfois plus) d’octobre 2018, retrouvez de nouvelles informations détaillées, des vidéos, des documents,
ici-même
et sur la page Fb d’ACiDe Verviers.

Ils nous mènent en bateau (2) L’austérité ne fonctionne pas

Élections communales 2018 – « Ils nous mènent en bateau » (2)

L’austérité ne fonctionne pas

Le 16 décembre 2014, juste avant le vote du budget 2015, ACiDe Verviers est présent sur les marches de l’Hôtel de Ville. Nous distribuons un tract aux élus avec nos premiers constats.
4 ans plus tard, rien n’a vraiment changé : l’austérité ne fonctionne pas, au contraire.

« L’augmentation incompressible de la charge de la dette »

Dans le Vervi&toi de mars 2014, le budget était présenté sans aucune trace de la dette. Pourtant, la carte blanche du Bourgmestre et du Président du CPAS y parlait de « l’augmentation incompressible de la charge de la dette », justifiant ainsi les mesures d’austérité.

Cette formule montre à quel point nos élus sont soumis aux enjeux économiques et abandonnent leur rôle de veiller au bien-être des citoyens et d’instaurer le bien commun. Elle montre aussi combien nos élus ne regardent qu’au travers des seules lunettes financières et économiques.

Nous nous rappelons également le propos de notre Bourgmestre au début de son mandat, lorsqu’elle était interpellée sur ses changements de position : « Dans l’opposition, mon parti vote selon ses convictions. Au pouvoir, il vote selon ses responsabilités ». Comment faire confiance aux élus s’ils changent de valeurs selon leur fonction ?

Quand la dette sert à justifier l’austérité, il faut un audit citoyen  !

À l’époque, ACiDe Verviers

  • soulignait déjà des taux d’intérêts élevés ;
  • s’interrogeait sur les conditions contractuelles réelles des emprunts, sur les relations entre le CRAC et la ville et sur la déresponsabilisation de nos élus ;
  • se demandait lesquels des emprunts de la Ville enrichissaient le bien commun, le mieux vivre ensemble.

Quel Conseil communal fera passer l’intérêt commun avant les considérations économiques ?


Téléchargez le tract ACiDe Vv de décembre 2014

Chaque semaine (et parfois plus) d’octobre 2018, retrouvez de nouvelles informations détaillées, des vidéos, des documents,
ici-même
et sur la page Fb d’ACiDe Verviers.

Ils nous mènent en bateau (1)

ACiDe Verviers lance sa campagne pour les élections communales 2018 : « Ils nous mènent en bateau » !

Chaque semaine (et parfois plus, retrouvez de nouvelles informations détaillées, des vidéos, des documents, ici-même et sur la page Fb d’ACiDe Verviers.

Il aura fallu 2 ans de démarches administratives, d’échanges d’emails, d’envois de recommandés et de réunions ! Deux ans pour qu’ACiDe Verviers obtienne les informations nécessaires à la compréhension de la procédure d’emprunt de la Ville.
Aujourd’hui, Acide Verviers constate que si la procédure semble démocratique et que les élus locaux s’engagent par leur vote,
cela ne suffit pas.

De multiples déficits démocratiques

  • Nous constatons un déficit démocratique dans l’accès à l’information. Alors que la publicité est la sauvegarde du peuple, le Directeur général, le 20 décembre 2016, nous lance : « payer l’agent qui va aller les chercher pendant 30 semaines et il n’y aura pas de problèmes ! » ;
  • Nous constatons un déficit démocratique dans la communication de l’information. Il n’y a pas pas d’information concernant le budget sur le site internet de la ville. La présentation du budget dans le Vervi&Toi n’est pas comparable d’une année à l’autre ;
  • Nous constatons un déficit démocratique dans les taux d’intérêts usuriers (5 %) pratiqués par les banques alors qu’elles-mêmes se fournissent à des taux jusqu’à 100 fois inférieurs (0,05 %) auprès de la Banque Centrale Européenne ;
  • Nous constatons un déficit démocratique dans les rapports entre la Ville et les citoyens. A Mons, dès le conseil communal d’octobre 2018, chaque dossier à l’ordre du jour du conseil communal fera l’objet d’une note explicative ainsi que d’une proposition de décision accessibles aux citoyens ;
  • Nous constatons un déficit démocratique dans les rapports entre les élus et le Crac (Centre Régional d’Aide aux Communes). En 2016 déjà nous étions interpellés par la réponse autoritaire et culpabilisatrice du Crac à la Ville : « […] la maigreur des engagements pris par le CPAS, […] le centre rappelle les obligations incombant au CPAS » ;
  • Nous constatons un déficit démocratique dans les rapports entre les élus et les banques. Lors de notre action du 20 décembre 2016, l’Echevin des finances nous répond : « on n’a pas le choix » face aux conditions imposées par les banques.

Tout cela renforce notre conviction qu’il est crucial d’avoir des audits citoyens !

La démocratie ne se résume pas à un bulletin de vote !

  • Quels élus mettront en œuvre l’accès citoyens aux documents ?
  • Quels élus communiqueront de façon à la fois compréhensible et complète, à travers différents canaux ?
  • Quels élus affirmeront haut et fort la nécessité pour les pouvoirs locaux d’avoir accès directement à la BCE (Banque Centrale Européenne) à des taux proches de 0 % ?

 

À la recherche des contrats d’emprunts (vidéo)

Cliquez ici pour voir la vidéo

Début 2016, ACiDe Verviers part à la recherche des contrats d’emprunts de la Ville…
Durant une année, nous avons été promenés ici et là :

  • la Bourgmestre et le Directeur Général ne répondront jamais aux recommandés qui leur avaient été envoyés à ce propos le 7 janvier 2016 nominativement et avec accusés de réception ;
  • il nous sera également précisé, oralement et par écrit, qu’il n’existe pas de tels contrats.

Faute de réponse à notre demande, le 20 décembre 2016 nous interpellons nos élus juste avant le vote du nouveau budget.

Ce n’est qu’après avoir eu recours à la CADA (au printemps 2017) qu’ACiDe Verviers aura accès à un contrat complet, à l’automne 2017.

ACiDe Verviers réclame plus de démocratie budgétaire

Les emprunts au Crac et l'austérité qui s'ensuit ne réduisent pas la dette communale de Verviers Les emprunts au Crac et l’austérité qui s’ensuit ne réduisent pas la dette communale de Verviers

À l’occasion du vote du budget 2017 — le 20 décembre 2016 — ACiDe Verviers à réclamer plus de démocratie budgétaire.

  • Où sont les contrats d’emprunt de la Ville ? Après un an de démarche, nous n’avons toujours pas obtenu de contrat d’emprunt de la Ville qui nous a écrit qu’il n’y avait rien d’autre que des tableaux d’amortissement…
  • A quoi bon élire des politiques s’ils soumettent leur pouvoir à la finance ? Dès décembre 2014, nous avions alerté nos élus sur le contenu de l’article 5, §3 du spécimen de convention de prêt apporté par le Crac en 2009. Par cet article, « la Commune autorise irrévocablement la Banque » à se servir sur « son compte courant ordinaire »…
  • L’expertise du Crac peut-elle justifier son ingérence ? Lorsque les technocrates en arrivent à orienter les politiques sociales, que reste-t-il de la démocratie ? Ainsi, à Verviers, le CPAS se voit contraint de suivre les directives du Crac en matières budgétaires, lui interdisant de fait de mener une politique sociale pour ne regarder que « l’équilibre à l’exercice propre ».

Afin d’aller vers plus de démocratie budgétaire, ACiDe Verviers réclame de :

  1. Questionner la légitimité des différents emprunts ;
  2. Réaliser un audit de l’ensemble de la dette ;
  3. Suspendre le paiement de la dette durant la réalisation de cet audit ;
  4. Annuler la part de la dette qui est illégitime et/ou illégale ;
  5. Revenir à un financement via des organismes publics ;
  6. Arrêter de se braquer sur les mesures d’austérité qui pénalisent surtout les plus pauvres et ne résolvent rien ;
  7. Plus de transparence, à commencer dans le Vervi&toi, afin que chaque citoyen puisse comprendre et analyser les dépenses publiques d’année en année.

> Téléchargez notre tract
> Téléchargez le document complet de notre conférence de presse

Un article de 3 pages a également été publié dans le Vif du 16 décembre 2016 :

Dette système, une pièce citoyenne

Isabelle Tesse du Théâtre Croquemitaine est allée présenter la pièce de théâtre Dette Système à Radio Panik.

Cette pièce de théâtre est le fruit d’un travail collectif du groupe ACiDe Marche qui a vu le jour dans le cadre de la campagne du CEPAG , du CADTM et de la FGTB A qui profite la dette ?

 

Pour plus d’infos :

CADTM : http://www.cadtm.org/Dette-Systeme

ACiDe (Audit Citoyen de la Dette) : http://www.auditcitoyen.be/dette-sy…

Le Théâtre Croquemitaine : http://www.theatrecroquemitaine.com

Dette Système – spectacle & dossier pédagogique

« Il faut payer ses dettes » que l’on soit un ménage ou un État, voici le message que l’on nous transmet tous les jours dans les médias. Même si cela induit la nécessité de politiques d’austérité qui jettent une proportion de plus en plus importante de la population dans la précarité. Le spectacle montre que le système dette pose une énorme question démocratique et organise un vaste racket des richesses produites par la collectivité au profit du monde de la finance.

Le spectacle s’accompagne d’un dossier pédagogique qui passe en revue différentes thématiques abordées. De nombreuses références permettent d’aller plus loin : vidéos, infographies, interviews, articles, films de fiction et documentaires.

Télécharger le PDF : DETTE SYSTEME – Dossier pédagogique 5,1Mo – 42 pages

Vous êtes à la recherche d’un spectacle sur les finances publiques ?
Vous voulez montrer l’envers du décor de la précarité ?
Le lien entre austérité et dette publique ?
Et les alternatives ?!…

DETTE SYSTÈME est fait pour ça : Contactez-nous sans attendre !

CEPPST Pascal FONTAINE pascal.fontaine@ceppst.be
Théâtre Croquemitaine tcroquemitaine@gmail.com
Roxane ZADVAT (0466 22 73 11) Isabelle TESSE (0497 76 55 77)

 

Cette pièce de théâtre est le fruit d’un travail collectif du groupe ACiDe Marche, né dans le cadre de la campagne du CEPAG , du CADTM et de la FGTB  A qui profite la dette ?

Yvon François, comédien-animateur en théâtre-action de la Compagnie Alvéole et participant du groupe, a animé le processus de création collective et assuré la mise en scène du spectacle. La création a été soutenue par le CEPPST (Centre d’éducation permanente et de promotion sociale des travailleurs) la régionale du CEPAG en province du Luxembourg, le CADTM (Comité d’annulation de la dette du Tiers-monde) et la plate-forme ACiDe (Audit Citoyen de la Dette).

Nous recommandons de prévoir un échange avec le public après la représentation. Les comédiens et/ou des membres de la plate-forme ACiDe et des associations partenaires échangeront avec vous sur le contenu du spectacle, les alternatives au paiement de la dette et les dernières nouvelles de l’évolution des dettes publiques en Belgique et ailleurs.

Fiche technique
Lieu d’accueil Salle occultée
Jauge public 150 personnes maximum
Durée 1h00 + débat (prévoir 1h)
Montage et répétition 2h
Démontage 1h
Espace scénique ouverture 6m (minimum) profondeur 4m (minimum), coulisses cour et jardin.
Vidéo et son régie en coulisse écran en fond de scène, sono, vidéo-projecteur (.mp4) commandé en régie.
Éclairage Plein feu adapté à la dimension de la salle. Selon l’équipement, nous proposons une version plus élaborée de l’éclairage.

Si votre salle n’est pas équipée Nous pouvons installer l’éclairage, ainsi que le matériel de projection vidéo et la sonorisation. Dans ce cas, prévoir un temps d’installation supplémentaire de deux heures. Ampérage requis : 30A.

La fiche technique / document de promotion est disponible en téléchargement : DETTE SYSTÈME (pdf)

 

 

Tract ACiDe pour la manifestation « Avec les Grecs »

Ce dimanche 21 juin aura lieu la première manifestation de soutien à la Grèce organisée par la plateforme « Avec les Grecs », dont ACiDe est membre. Dans cette période où une pression maximale est exercée de la part des créanciers pour empêcher la population de se dégager de l’exploitation par la dette, il est nécessaire que la solidarité internationale soit elle-aussi maximale.

Page de l’événement: https://www.facebook.com/events/361996757342113/

Tract d’ACiDe pour mobiliser d’ici au 21 juin :

image-0001 image-0002

version pdf